Olla, Une Chambre à moi, Le Coup des larmes … Les courts-métrages de la semaine #2

Entre le Festival International du Film d’Aubagne et la Fête du Court (entre autres), les occasions n’ont pas manqué cette semaine de découvrir de nouvelles pépites et d’épancher ma soif de courts-métrages. S’ils n’ont pas pu se dérouler comme prévu, ces différents événements ont pourtant su s’adapter au mieux au confinement en proposant via internet des programmations diverses et variées, toujours de qualité.

Après Mémorable, Je sors acheter des cigarettes et Cinq ans après la guerre, c’est aujourd’hui au tour d’Olla, Le Coup des Larmes et Une Chambre à moi d’être ici mis en avant dans une sélection exclusivement féminine, tant au niveau des personnages principaux que de la réalisation.


1. Olla – Ariane Labed (27 minutes)

Olla - Ariane Labed
Image issue d’Olla d’Ariane Labed

J’avais entendu parler d’Olla avec La Fête du Court à la Maison sans avoir pu le voir à temps. Quel a été mon bonheur quand j’ai vu qu’il était disponible hier sur la plateforme du Festival international du Film d’Aubagne, qui diffuse gratuitement jusqu’à ce soir des courts et longs métrages.

Olla commence in medias res : on découvre une jeune femme venant s’installer chez Pierre, qui vit avec sa vieille mère. On comprend rapidement qu’ils se sont rencontrés via un site de rencontre de femmes de l’est. D’emblée, Pierre cherche à lui donner un nom qui sonne plus français afin que l’on ne pose pas de questions sur l’origine de la jeune femme et décide que ce sera « Lola ». Mais rien ne se passe comme prévu.

Premier court-métrage de la réalisatrice Ariane Labed présenté à la Quinzaine des réalisateurs du dernier festival de Cannes, au festival Sundance et à Clermont-Ferrand, Olla est avant tout le portrait prenant et touchant d’une femme forte. Le court-métrage alterne intelligemment entre silences, nombreux puisqu’Olla ne comprend pas du tout Pierre, et la musique de Haddaway « What is Love » dont les paroles font tristement écho au court-métrage, qui m’est restée dans la tête des jours durant et que j’écoute encore à l’heure où j’écris cet article. Les jeux de regard de l’actrice principale, Romana Lobach, sont  puissants et admirables, elle qui parvient à émouvoir sans presque aucun mot.

Certaines scènes pouvant être heurtantes, je déconseille Olla à un public trop jeune et non-averti.

Pour voir la bande-annonce d’Olla, c’est juste .


2. Une Chambre à moi – Manele Labidi (17 minutes)

Une Chambre à moi Manele Labidi
Image issue d’Une Chambre à moi de Manele Labidi

Tout comme Olla, j’ai découvert Une Chambre à moi grâce à la Fête du Court à la Maison dans la programmation « Femmes d’hier et d’aujourd’hui » et j’ai tout de suite vraiment accroché. À mi-chemin entre sérieux et humour, ce court-métrage m’a beaucoup plu de par son originalité et la manière qu’a eu la réalisatrice Manele Labidi de traiter le sujet.

Le pitch est le suivant : Djuna est écrivaine et vit avec Léo dans un studio parisien devenu minuscule avec l’arrivée de leur bébé. Dépassée par le sentiment d’étouffement et la promiscuité, elle ne parvient plus à trouver l’inspiration.

Le court-métrage est un hommage à l’essai Une Chambre à soi de la féministe Virginia Woolf, dans lequel l’autrice s’intéresse aux facteurs qui sont susceptibles d’entraver l’accession des femmes à l’éducation, à la production littéraire et au succès. Pour elle, une femme doit au moins disposer « d’une chambre à soi » qu’elle peut fermer à clé afin de pouvoir écrire sans être dérangée par les membres de sa famille.

Dans Une Chambre à moi, ce refuge se trouve être… les toilettes, que Djuna réaménage totalement pour en faire une pièce rien que pour elle. Elle n’hésite pas à la verrouiller en permanence, et va même jusqu’à poser une porte avec digicode pour en empêcher l’accès à son conjoint, ce qui donne lieu à des situations assez loufoques.

Si Une Chambre à moi vous intéresse, il est disponible ici.


3. Le coup des larmes – Clémence Poésy (25 minutes)

Le Coup des larmes - Clémence Poésy
Image issue du Coup des larmes de Clémence Poésy

Je suis tout de suite rentrée dans l’histoire du court-métrage Coup des larmes, que j’ai eu l’occasion de découvrir grâce à Télérama qui diffuse gratuitement dans le cadre de La Fête du Court plusieurs courts-métrages sur son site pendant quinze jours. 

Le Coup des larmes, c’est l’histoire de Florence Parady, actrice qui doit, pour les besoins de son film, apprendre à manier les armes. Elle découvre avec stupeur au stand de tir que son initiatrice n’est autre que Sacha, son ex-petite amie partie il y a quatre ans sans mots ni explications. Se prolongeant dans la forêt hivernale, cette session est alors l’occasion de règlements de comptes, verbaux et à balles réelles.

Le contraste entre les deux personnages principaux, Florence, émue et secouée, et Sacha, impassible, stoïque et fascinante, se dévoilant un peu plus au fil du court, fonctionne à merveille. La tension est bel et bien là et nous ne lâche pas jusqu’à la fin.

Le Coup des larmes est disponible jusqu’au 9 avril juste ici.

Une réflexion sur “Olla, Une Chambre à moi, Le Coup des larmes … Les courts-métrages de la semaine #2

  1. Ping : Mind my mind, La Chanson, Matriochkas…. Les courts-métrages de la semaine – Nina Con Límon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s